Business

Le référencement d’un site internet en France et à l’international

Sur internet, le pire qu’il puisse arriver à une société possédant un site internet, c’est que son propre site n’apparaisse pas dans les résultats de recherche en tapant son nom…
C’est tout l’objet du référencement. Ce terme regroupe l’ensemble des techniques permettant d’améliorer la visibilité d’un site web dans les moteurs de recherche.

Le référencement naturel consiste à référencer les pages de son site avec simplement le contenu de ces fameuses pages. En tant que tel, “référencer son site” ne signifie rien de particulier, si ce n’est que le site soit présent dans l’index d’un moteur de recherche. Pour ce faire, il suffit :

  • soit d’obtenir des liens depuis des sites eux-mêmes régulièrement indexés par les moteurs de recherche, afin que ces derniers identifient l’existence du vôtre.
  • soit de déclarer votre site directement via l’interface des principaux moteurs de recherche.

Mon site est-il référencé ?

Pour savoir si votre site est référencé dans un moteur de recherche, il suffit de saisir l’url (l’adresse) de votre site dans le champ de recherche du moteur de recherche testé.

Si votre site est dans l’index, le moteur devrait vous afficher une sélection de pages qu’il connaît sur le site et un nombre de pages représentant approximativement le nombre de pages qu’il a indexé.

Mon site est-il bien référencé ?

Un site internet sert souvent à une entreprise de vitrine, de boutique en ligne, d’interface de communication avec ses clients, etc. L’intérêt d’un site bien référencé est de capter le maximum de trafic. Concrètement, un internaute qui effectue une recherche est plus susceptible de cliquer sur un site qui apparaît dans les premiers résultats de recherche. Le référencement d’un site est donc une tâche qui doit être réalisée continuellement.

De plus, tout dépend des objectifs de trafic. Si par exemple on souhaite que le site internet génère plus de 10 000 inscriptions par mois, il faut compter sur 30 000 visiteurs uniques par jour.

Quel prix ?

Combien coûte le référencement ? Sur la quasi-totalité des moteurs de recherche, le référencement naturel est gratuit. Il suffit que d’autres sites pointent vers le vôtre pour que les moteurs le visitent. Et plus les liens sont de bonne qualité (c’est-à-dire sur des sites ayant une bonne réputation), mieux votre site ressortira dans les moteurs de recherche sur les termes correspondant à ceux de votre site.

Dans quels moteurs faut-il présenter son site ?

Évidemment, Google truste la première place du marché. C’est le principal moteur de recherche en France avec 90 % de parts de marché.
Yahoo est le 2e moteur de recherche le plus demandé. En plus, depuis peu, il ne se réfère qu’à son propre moteur de recherche. MSN est le 3e moteur de recherche le plus fréquenté. Relais pris maintenant par BING depuis les changements apportés par Microsoft. Voilà fut un des plus gros moteurs de recherche francophones, mais relativement petit par rapport aux précédents. Il existe un challenger français. Bébé parmi les moteurs de recherche américain, le moteur de recherche Exalead a le mérite d’exister.

Autres moteurs de recherche :

  • Qwant
  • DuckDuckGo
  • Lycos,
  • Hotbot,
  • Altavista,
  • All the web,
  • AOL
  • … et autres FAI.

En référençant votre site au moins sur les premiers (les 4 premiers sont obligatoires) votre site devrait être bien présent. Il faut aussi savoir qu’un référencement ne se fait pas en une seule fois. Il faut surveiller la position de son site régulièrement.

N’hésitez pas à mettre un compteur de statistiques comme Google Analytics. Il vous renseignera sur la provenance de vos visiteurs et les mots-clés qui leur ont permis d’accéder à votre site, et plein d’autres trucs.

Faut-il présenter son site dans des annuaires ?

Globalement, les annuaires ne sont pas la meilleure façon de référencer son site. Ce qui compte avant tout, c’est d’obtenir des liens de la part de sites faisant référence. Il est donc conseillé de se focaliser sur un petit nombre de sites de bonne qualité (parmi lesquels des annuaires), plutôt qu’un grand nombre d’entre-eux.

Quels sont les critères de positionnement de Google ?

Les échanges de liens : ce que vous devez privilégier en priorité sur votre site, ce sont les échanges de liens. En effet, plus il y aura de liens pointant vers votre site, mieux il sera positionné.

Le titre de vos pages : ce titre est à renseigner dans les balises. Utilisez environ 10 mots en choisissant les plus explicites possibles pour décrire le contenu de votre page. Évitez de mettre les mêmes termes et de répéter le nom de votre site sur toutes les pages.

Le contenu de vos pages

Google aime bien qu’il y ait du contenu textuel dans vos pages. Les blocs images de textes faits dans Photoshop ou Flash sont à proscrire. Par conséquent, les sites entièrement en Flash ne sont que très peu pris en compte, n’ayant que très peu de contenu texte et de balises html dans leur source.

La hiérarchie

Google aime bien aussi la hiérarchie. Préférez les balises h1, h2…plutôt que size pour les titres et sous-titres à l’intérieur de vos pages.

Les balises méta

Elles décrivent votre site. Ces balises méta description doivent être renseignées avec 10/20 mots les plus explicites possibles. Pensez toujours aux mots qu’emploieront les internautes pour accéder à votre site et servez-vous en pour construire la description de celui-ci. Pour les meta-keywords (mots-clés), Google n’en tient plus compte. Beaucoup suivent son chemin mais il est toujours utile d’en mettre pour un référencement dans les annuaires.

Là aussi, pas la peine d’en mettre 50. Mieux vaut en mettre peu mais qu’ils soient bien ciblés et surtout qu’ils soient différents sur chaque page.

Néanmoins, Google n’utilise que très peu les balises méta, pour se concentrer sur le contenu des pages. Mettez tout de même des balises méta, mais elles ne seront en général que très peu utiles.

Important :

Si Google gère assez bien l’accent (donnée = donnee), en revanche les pluriels lui font encore défaut. Donc noms au singulier ET au pluriel.

N’oubliez pas de mettre sur chacune de vos pages un lien pointant sur la page “Plan du site”.

Les sitemaps

Google propose, avec un compte Google (gratuit), un service qui vous permet de vérifier votre indexation et, éventuellement de l’améliorer, en vous montrant comment vos pages ont été indexées. C’est très simple, et ça en vaut largement la peine.

Le https (protocole sécurisé)

Les sites qui utilisent un protocole sécurisé, c’est-à-dire une connexion https plutôt que http, bénéficient également d’un meilleur référencement.

Selon Google, ce critère permet aux internautes de mieux vérifier la fiabilité du site. Néanmoins, ce critère reste moins prioritaire pour l’algorithme du moteur de recherche. Il devrait affecter “moins de 1 % des requêtes”. Cette proportion pourrait évoluer avec le temps, puisque Google souhaite donner un meilleur positionnement aux sites sécurisés et vérifiés.

La compatibilité mobile

Depuis le 21 avril 2015, la compatibilité avec les mobiles (tablettes et smartphones) est devenue un critère majeur pour Google. Il s’agit d’une mise à jour “mobile-friendly” de son algorithme.

Plusieurs critères sont pris en compte par Google : le contenu doit être affiché rapidement sur mobile, il doit être lisible sans utiliser de zoom ou sans scroll horizontal, les liens doivent être cliquables facilement, en favorisant un espace entre chaque lien, aucun contenu incompatible de type Flash ne doit être utilisé.

Le SEO (optimisation pour les moteurs de recherche) pour l’international

Il faut savoir que la plupart des moteurs de recherche et notamment Google, détectent le pays et la langue du site grâce à différents indicateurs :

  • le CCTLD (country-code top level domains), c’est-à-dire le .com, .fr, .es, .ca, etc.
  • le paramétrage de ciblage dans GWT
  • la localisation du serveur
  • la langue du contenu.

Afin de permettre aux moteurs de recherche d’identifier la langue du site, il est possible d’utiliser plusieurs techniques comme :

  • Modifier le CCTLD pour chaque version du site : nous aurons donc mondomaine.fr, mydomain.com, midominio.es, etc. Car oui il est aussi très important de traduire les URLs des sites afin de répondre au mieux aux attentes des internautes.
  • Utiliser des sous-domaines : l’utilisation des sous-domaines pour spécifier le pays d’entrée sur le site. Nous aurons donc fr.mondomaine.com. On peut ainsi bénéficier de la popularité du nom de domaine de base.
  • Le choix des répertoires : grâce à l’utilisation des répertoires, on peut non seulement spécifier un répertoire pour le pays mais aussi pour la langue. Ainsi nous aurons, par exemple :
    • www.mondomaine.com/fr/fr cela montre que le site est pour la France, et en la langue française.
    • www.mondomaine.com/ca/fr montre que le site est pour le Canada mais en langue française.

Si vous souhaitez cibler par pays, avec une offre et des objectifs spécifiques pour chaque pays cible, utilisez le CCTLD adéquat. Si vous souhaitez cibler par langue car, votre offre et vos objectifs sont similaires pour tous les pays ciblés, utilisez les sous-domaines et répertoires appropriés.

Il est également primordial d’avoir une optimisation du geotargetting sur GWT (Google Web Toolkit) pour que Google puisse bien comprendre le ciblage pays.

Il est préférable de réserver les noms de domaines dans les différentes langues. En effet, cela évite le squat de votre nom de domaine. Par exemple, vous avez : mondomaine.fr et mydomain.co.uk, l’idéal est aussi d’avoir mondomaine.co.uk et mydomain.fr. Bien entendu, toujours en effectuant les redirections adéquates afin de s’assurer de répondre à une bonne utilisation pour l’internaute.

Il faut également penser à déclarer la langue du site. Grâce à l’attribut hreflang (à lire “acheréfelangue”), on peut expliquer à Google quel pays on cible et quelle langue. Il est possible de l’intégrer dans le head du site, dans le sitemap ou encore dans les entêtes http.

La langue anglaise reste la langue internationale, donc si vous avez beaucoup de versions différentes, il ne faut pas hésiter à utiliser une version par défaut avec l’attribut :

<link rel="alternate" hreflang="fr" href="http://fr.mon-site-example.com/" />

GWT propose un rapport d’erreurs sur l’implémentation des balises, donc il ne faut pas oublier de s’y référer et de les corriger le plus rapidement possible.

Comment traduire son site et optimiser son référencement ?

Il est primordial de ne pas utiliser Google translate ou une personne qui pense savoir traduire. Les traductions automatiques fournissent un contenu de mauvaise qualité, qui peut être identifié comme du spam du fait de la faible qualité des phrases.

L’annonce n’est pas surprenante : il faut toujours faire traduire ses contenus par un linguiste ! L’adaptation linguistique prend en compte les spécificités locales du pays : vocabulaire, expressions, comment sont perçus la marque et le produit, et les moteurs de recherche dominants dans les pays étrangers.

Il est donc nécessaire de faire appel à un consultant pour une étude du marché local. En effet, comment pouvons-nous savoir qu’en Chine, la première requête autour du fromage est “comment mange-t-on du fromage ?” sans faire une étude au préalable ? Il est important d’avoir ces informations pour la rédaction des contenus mais aussi pour la stratégie de marque qui s’adaptera en fonction du pays.

Les pays européens sont également à étudier, car nous le savons tous, certains mots utilisés en Angleterre ne sont pas les mêmes dans l’anglais des États-Unis. L’utilisation du générateur de mots clés de Google Adwords pourra vous aiguiller dans le choix du vocabulaire, en fonction du ciblage.

L’utilisation de Google Trends est également une aide supplémentaire pour détecter les opportunités et pour optimiser les textes ainsi que le maillage interne.

Dans la même catégorie :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*