Actualités

L’impôt sur le revenu pourrait être supprimé !

L’impôt sur le revenu ne sert à rien. Première remarque, en 2008[1] sur les 36 390 000 foyers, seuls 19 448 000 était imposables, soit 53% des ménages. Donc le supprimer ne changera pas grand-chose pour la petite moitié la plus défavorisée de la population qui n’en payait déjà pas. C’est un impôt supporté par la classe moyenne, qui est la catégorie de population qui consomme et fait tourner l’économie.

En 2010, cet impôt a rapporté 46,9 milliards d’euros[2], soit presque deux fois moins que la CSG (82 milliards), et trois fois moins que la TVA (135 milliards), son montant sur vingt ans a baissé de 4,5 points de PIB à 2,5. En gros, cet impôt ne rapporte presque plus rien, et je reste persuadé (cela n’engage que moi) que c’est un des impôts qui coûtent le plus cher à collecter, notamment parce qu’il n’est pas prélevé à la source, nous payons l’IR sur les revenus de l’année précédente, et nous sommes le seul grand pays à être dans cette configuration.

Dans son discours de présentation du rapport du 11 mai 2011 du conseil des prélèvements obligatoires[3] (une sous-partie de la cour des comptes ; oui je sais, je pense que lister de manière exhaustive tous les conseils, instituts et autres de notre pays est impossible tellement il y en a), le président de la cour des comptes, Monsieur Didier MIGAUD, énonce : « L’impôt sur le revenu a vieilli : plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis la dernière réforme d’envergure ; ses défauts se sont accentués ; ses recettes sont désormais faibles et il a perdu l’efficacité redistributive et économique qui lui était assignée ». Sans rentrer dans le détail des chiffres, non seulement il ne rapporte rien, mais il ne remplit plus son objectif, à savoir la redistribution. Je vous laisse le soin de lire le rapport, mais en gros à partir d’un certain seuil, plus le revenu augmente, moins il est taxé (niches fiscales notamment…). C’est un problème.

 

A partir de là, que fait-on ? Je propose de le supprimer purement et simplement, sans autre forme. Les bien-pensants nous incitent à le réformer, à fusionner IR et CSG dans un même impôt progressif élargi. Non, non et non !! Nous ne sommes plus dans la question du montant, nous venons de montrer que cet impôt ne rapporte presque plus rien, or, il n’y a pas plus psychologique que l’impôt sur le revenu. Je vous fais le pari, que sa suppression pure et simple, sans toucher au reste de la fiscalité, va donner une bouffée d’air, un choc positif sur l’économie. La situation est telle, qu’il ne s’agit plus de prendre ½ point par ci, pour en redonner ¼ par là, et un autre ¼ par là, on nous propose que des mesurettes sans visions, sans espoir. Là il y a une vraie révolution fiscale à faire, et qui nous l’avons vu, ne coûtera presque rien. Je fais le pari, que rien que sur le sursaut de la consommation que cette suppression de l’impôt sur le revenu va entraîner, l’état rentrera dans ses frais, par la TVA, l’impôt sur les sociétés que cela engendrera, etc… Je le répète, c’est un choc de confiance, un choc psychologique, notamment sur ces fameuses classes moyennes, vaches laitières de l’Etat, qui se diront qu’enfin on fait quelque chose pour eux. La France verra en outre sa réputation internationale de pays « communiste qui a réussi » changer. Cela fera peut-être grincer quelques dents en Europe, et alors, What Else, si la France retrouve de la croissance, l’Europe s’en portera beaucoup mieux.

[1] http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF08330

Dans la même catégorie :

23 Commentaires

  1. Supprimer l’IR n’est actuellement pas possible, la politique budgétaire actuelle est la politique de rigueur, supprimer l’IR consisterait à mener une politique de relance qui n’est actuellement pas possible compte tenu que nous sommes en déficit budgétaire
    L’UE à fixer des objectifs qui ne nous permettent pas d’effectuer une politique de relance …

    • jean-francois Muller

      4% de PIB de déficit public : je ne vois pas la rigueur. A ce niveau de déficit, c’est de la politique de relance par la dépense publique déguisé. Au lieu de gêcher des milliards dans des programmes qui n’ont ni queue ni tête (dispositif Duflot par exemple) et maintenir des secteurs sous perfusion (30 milliards d’aide pour la construction et le logement, et l’habitation, en tout !) qui devraient être régulé par le marché (loyers et prix élevés viennent aussi de là), on ferait mieux de supprimer l’IR ; ce serait beaucoup plus efficace. Deuxième point : la relance (notamment par la baisse des impôts) peut permettre de créer de l’impôt, il faut revoir par exemple la courbe de LAFFER.

  2. Puis franchement, si on enlève l’IR à un de mes employés, j’ai aucune raison de l’augmenter. Vu ce qu’il a déjà gagné en pouvoir d’achat, je peux me permettre de geler les salaires pendant 5 ans sans le mettre en danger 😉

  3. moi perso, si tu m’enlèves l’impôt sur le revenu, je ne consommerai pas plus. J’économiserai 🙂

  4. je suis entierement d’accord sur le fait que supprimer les impots sur le revenu,qui pourri la vie de beaucoup de consommateurs , permettrais de relancer l’economie! car plus de pouvoir d’achats!

  5. Je suis complètement d’accord avec cette mesure que j’ai d’ailleur défendu sur plusieur forum.

    Pour ceux qui ne comprennent pas comment on peut financer cette mesure je vais l’expliquer. D’abord par la consomation. En effet la suppression permettra de donner un surplue important de pouvoir d’achat. Ce pouvoir d’achat ils vont pouvoir en partit le consommer. Il est admis que le taux de TVA recupérer est de 16% c’est à dire environ 8 milliard d’euro. De plus cette consomation va permettre d’apporter un supplément de trésorerie aux entreprises ce qui au final, nous apporte un supplément d’IS. Ensuite par le retour de la croissance. En effet cette suppression permettra d’attirer en France de grand chercheur, des cadres, des entreprises… Cela aura plusieurs conséquence. Premièrement elle va élagir la base imposable de l’IS ce qui va augmenter son rendement.Deuxiemement cela permettra de diminuer le chômage et donc la baisse des allocutions chômage ainsi que la rentrer de nouvelle cotisation socia. Je pense que ce phénomèn va financer les 50 milliard d’euro perdu et même creer de nouvelle recette

    • je suis entierement d’accord sur le fait que supprimer les impots sur le revenu,qui pourri la vie de beaucoup de consommateurs , permettrais de relancer l’economie! car plus de pouvoir d’achats!

      • La TVA est l’impôt le plus inégalitaire, puisque le pauvres on une propension à épargner proche de 0, donc supprimer l’IR pour récupérer par la TVA, sa défavorise ceux qui ne gagne pas beaucoup (comme vous dites, la classe moyenne n’épargneras pas ce surplus de revenu, c’est d’ailleurs le fondement de votre argument)!
        Parcontre les ménages riches, ceux qui payent proportionnellement plus d’IR, verrons leurs prélèvement obligatoire baisser mécaniquement, puisque eux consommeront peut, et donc paye proportionnellement moins de TVA!
        Rendre encore plus proportionnelle l’IR (de manière à ce qu’encore moins de ménages paye l’IR), se battre contre les paradis fiscaux et les niches fiscales de très haut revenu, voilà des solutions adapter!

  6. Pingback: CSG sociale ou TVA sociale : les deux !

  7. Merci à Yaqua
    La preuve que la redistribution est mal faite.

    Comment discerner les faigant(e)s dans votre genre qui ne mérite pas un centime.
    Il n’y a pas semaine ou j’entends ce type de discours ahurissant.
    Allez donc travailler, et puis, lorsque vous et vos congénères comprendrez ce que signifie “gagner sa vie” alors l’Aune d’une nouvelle aire viendra.

    Aider et redistribuer de l’argent que j’ai gagner à la sueur de mon front ne me dérange pas.Je suis pour venir en aide à quelqu’un qui vient d’être licencier économiquement,pour aider une personne qui n’a retrouve pas de travail à 56 Ans…

    Mais il est clair que Cette impôt n’est pas juste ( on taxe principalement les classes moyennes) mais pi encore, il n’est pas redistribuer de façon efficiente.

    Cette Article mérite,l’ouverture d’un débat! Mais certainement pas dans cette période de présidentielle et de députation.

    Mathieu

  8. Supprimer 47milliard d’euros des caisses de l’etat alors que nous sommes en crise! Avec une dette qui devient de plus en plus importante. Supprimer une somme aussi importante est impossible. Ne crois tu pas qu’ils vont simplement changer le nom et la pratique de l’impôt sur le revenu? Faire comme la taxe professionnelle?
    Tant qu’ils peuvent nous prendre de l’argent, ils n’hésiteront pas!!!

    • Jean-francois MULLER

      Malheureusement je suis bien d’accord. A mons sens, tout le probleme est là, quel avenir avons-nous avec ce genre de raisonnement ? En fait, on ne fait pas de réforme de fond, et on augmente les impôts pour limiter le deficit, ce qui ne résout rien. Les beaux discours sur la “croissance”, la “compétitivité”, “l’attractivité” et j’en passe, mais au final quoi ? Il faut une bouffée d’air, et on va encore nous ressortir les programmes de grands travaux, les contrats aidés… qui coûtent des fortunes, avec des usines à gaz d’une efficacité douteuse, et des pseudo fonctionnaires embauchés en CDD longue durée.

      Avec la suppression de l’IR, on dit : Mesdames, Messieurs les citoyens on vous rend 46 milliards (plus exactement on ne ponctionne pas), on vous fait enfin confiance ! Je reste persuadé que les gains potentiels d’une injection directe de 45 milliards (et beaucoup moins de problèmes d’évasion fiscale) dans l’économie aura des effets très bénéfiques.

  9. Sebastien DEMAY

    D’un côté, on court après l’argent et on nous explique la difficulté dans laquelle nous nous trouvons et de l’autre il y aurait suppression de l’IR? Je pense que psychologiquement, à ce stade, cette suppression serait perçue comme une manœuvre électorale et qu’elle ne permettrait que de discréditer le candidat qui la propose.
    En attendant, on peut toujours rêver !

    • Jean-françois MULLER

      Excuse-moi de pas être d’accord avec toi. Je ne crois pas que le meilleur moyen de résoudre nos problèmes de dettes soit d’écraser tout le monde d’impôt. Et comment c’est une manoeuvre électorale, là se poserait un vrai choix, une vraie question sociale. On en est à choisir entre celui qui se demande si les baisses de charges doivent aller à 1,2 ou 1,6 SMIC (comment continuer à smicardiser la France), et l’autre qui se demande si il doit augmenter la dernière tranche de 1 ou 2 points ! C’est ridicule ! A quand des vrais mesures, des chocs de confiance, est-ce que nos politiques ont vraiment conscience de la situation ?

  10. Non, non, touchez pas à ça !! Les impôts m’on fait un chèque de preque 1200€ en septembre avec la prime pour l’emploi, avec un beau courrier et tout. Ah qu’est-e qu’on est bien au chômage (bon faut aller bosser de temps en temps pour activer le truc, mais bon)

  11. gachis d'argent public

    “Le conseil des prélèvements obligatoires”. Sérieux ?! Waouuh, la vache 🙂

  12. unmondemeilleur

    Honteux ! Creusons encore un peu plus les inégalités, les riches toujours plus riches, et les pauvres restent où ils sont, le monde de comptazine, je vois. Commençons par supprimer les niches fiscales et les cadeaux aux patrons, et rendons la progressivité à l’impôt sur le revenu. Ca c’est de la justice fiscale.

  13. Jean-claude GREB

    Bonjour à tous,

    ça me semble un pari sacrément risqué quand même. Nous venons déjà de perdre notre AAA, ça ne devrait pas arranger nos affaires. Admettons que cela provoque une relance, retrouverons-nous les 45 milliards en TVA, IS et consors comme vous dites ? Un économiste s’est-il penché sur la question ?

  14. Ah, bah bien sûr… Moi je dis supprimons carrément l’état pendant qu’on y est. Quand les riches gagnent de l’argent, ils doivent payer, trop simple comme raisonnement pour vous ?

    • jean-francois MULLER

      Mais les riches ne le paie pas ! Ils défiscalisent, car ils peuvent le faire : ils ont les outils (des conseillers…), et des moyens pour le faire : comment défiscaliser si on a pas d’argent à investir ? Moi, je trouve ça injuste, parce qu’on est riche, on peut ne pas payer d’impôt, si c’est àa votre justice fiscale…

  15. C’est un peu radical quand même. Je ne sais pas si l’impact positif d’un impôt supprimé rendrait tant d’air que ça. Peut-être que ça ne fera que diminuer les recettes de l’état!

    • jean-francois MULLER

      Radical, j’en conviens ! Nous sommes dans une société qui n’accepte plus de risque, l’aversion au risque c’est la mort de la société, l’immobilisme. Tout le monde est d’accord pour expliquer que nous sommes dans le marasme, mais personne ne veut toucher à rien sus prétexte que ça pourrait faire ci ou ça. Tentons le, supprimons cet impôt injuste et inefficace pour relancer la croissance. Le déficit s’est creusé de 500 milliards en 5 ans, et le peu de perspective de croissance (et donc d’espoir) est cassé par les augmentations d’impôt, ben oui, parce que vous comprenez bien, il le faut… mais regardons le cas grec, la spirale infernale de la misère et du déclassement. Il faut des chocs positifs et des paris sur l’avenir! Redonnons confiance : oui, travaillez, et le fruit récolté ne sera pas taxé, il sera pour vous!
      Au fait L’impôt sur le revenu est bien le plus cher à collecter(je vous renvoie au rapport du conseil des prèlèvement obligatoire de la semaine dernière)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*